EXERCICE 1 : Se situer en milieu de ligne.

EXERCICE 1 : Se situer en milieu de ligne.

p1040871

L’objectif de l’exercice:

Tout d’abord avant d’attaquer le maintien de l’espace sous le vent, il faut déjà savoir comment se placer dans les meilleurs conditions pour que votre bateau soit le plus près de la ligne de départ lors du « top ».

Son organisation:

L’un des exercices qui est le plus représentatif de ce phénomène consiste à établir une grande ligne (100-200m) et de placer son bateau au milieu de ligne (1,2) et sur la ligne (3) au moment où l’équipage pense être sur la ligne ils lèvent la main. Il faut impérativement que vos coureurs ne prennent pas de repères de ligne sinon l’exercice perds toute son utilité. Il est intéressant de faire l’exercice uniquement aux barreurs et ensuite aux équipier, la façon de percevoir la ligne est différente d’un poste à l’autre. Une fois l’exercice terminé vos coureurs viennent débriefer avec vous et donner leurs impressions.

Des repères de réussites ou d’échec pour le pratiquants:

La réussite de l’exercice réside dans le faite que vos coureurs au fil des essais se rapprochent de la ligne, si il n’y à pas d’évolution débriefer avec eux et questionner les sur leurs sensations, leurs méthodes d’approches et d’observations.

Des « ficelles » d’expert:

Le seul conseil que j’ai à donner sur ce genre d’approche sans repère réside dans les sensations, pour ma part et tout les équipages avec qui nous avons effectué l’exercice on à constaté qu’à chaque fois nous étions environ 2 longueurs en  dessous, alors nous avons pris en compte ces longueurs de déficit et nous nous sommes mis 1  longueurs au dessus de l’endroit où nous pensions être sur la ligne, et là,  nous avons réduit considérablement la distance entre nous et la ligne.

Niveau de difficulté de l’exercice:

Cet exercice est à la portée de tout le monde, il n’y a pas besoin d’avoir un niveau technique très élevé il est abordable et facilement réalisable. La progression de l’équipage se fait très vite ressentir.

europeanch470_0490

Ce qu’il est intéressant d’observer pour l’entraîneur:

La résultante de cet exercice est que dans les premiers essais la majorité des équipages se situent entre 3 et 5 longueurs de la ligne et plus ils font l’exercice et plus ils s’en rapprochent.

Modalités d’intervention envisageables:

Après chaque passage, débriefer avec vos coureurs, donner tout d’abord la distance de la ligne où ils étaient, puis questionner les sur leurs sensations comme ça été précédemment expliqué.

Des évolutions possibles:

Vous pouvez bien sur modifier l’exercice, en mettant plusieurs bateaux en milieu de ligne, afin de masquer les repères et de travailler sur le maintient de l’espace sous le vent et sur le lancement, plusieurs alternatives sont évidement possibles. La difficulté peu également varier selon les conditions de vent et de mer.

L’intérêt de la situation d’apprentissage

On en conclu de cette exercice qu’on a ,d’une manière générale, une mauvaise perception de ligne si l’on a pas de repère et que si on  ajoute à ça le facteur stress (ex quand on est sous règle noir) les équipages ne vont pas aller au « charbon » et vont être encore plus prudent.

On en a déduit qu’il est primordial de lancer avant ses adversaires (1à5sec) quand on est en milieu de ligne afin de contrer l’ effet banane que l’on observe systématiquement en milieu de ligne , en règle générale les chances d’être OCS ou BFD sont relativement faibles.

Des travaux effectués par Mr DAHON (entraineur de l’équipe de france de Star) sont en relation avec cet exercice, je vous conseil d’aller y jetter un oeil, c’est vraiment très interessant.

Publicités

Les questions à se poser

Questions  qu’il faut se poser en tant  qu’entraineurs :

  • Cette phase est elle primordiale lors d’une phase de départ ? Si oui pourquoi?
  • De quel moyen je dispose pour faire des retours de cette phase technique?
  • Quels sont les exercices que je peux mettre en place pour travailler cette phase technique ?
  • Quelles seraient les consignes que je peux donner à ce sujet avant un départ ?
  • Quels sont les principaux facteurs a prendre en compte sur cette phase technique ?

Questions qu’il faut se poser en tant que pratiquants :

  • Avez tendance à vous faire sortir rapidement après le départ?
  • Avez-vous tendances à partir avec personne autour de vous lors du top départ ?
  • Si vous ne parvenez pas à maintenir suffisamment d’espace sous le vent, Quel est votre attitude ?
  • Vous obstinez vous à essayer de garder coute que coute votre place ou avez-vous tendance à choisir un autre endroit ?
  • Faites vous votre choix du placement sur la ligne en fonction de la densité des bateaux ?
  • Travaillez-vous cette phase technique lors de vos entrainements ?
  • A quel endroit de la ligne trouvez vous que c’est le plus difficile de maintenir son espace sous le vent ?

Départ milieu de ligne: Votre placement

Départ milieu de ligne: Votre placement

Pour le placement, en règle générale la flotte est plus dense sur les extrémités que dans le milieu, ce que je préconise c’est d’avoir un bon espace sous le vent afin que personne ne vous gênes en cap, en faite il faut réussir à partir dégagé.

En milieu de ligne, vu qu’il y a plus d’espace vous pouvez vous permettre d’ arriver un peu plus tard, arriver dans la minute n’est pas choquant à condition que la ligne ne soit pas trop dense alors arriver dans les premiers ou attendre cela dépend de la densité de la flotte en milieu de ligne il faut juste réussir a partir dégager et avoir une bonne visualisation des repères spatiaux-temporaux.

L’inconvénient d’arriver tard sur la ligne est que le temps de visualiser des repère est faible, donc dans l’idéal il faudrait arriver entre 2min30et1min sur la ligne afin de ne pas être presser pour maintenir sa place sous le vent et visualiser ses repères.

Pas de repères de ligne…

Problème : vous ne pouvez pas prendre des repères de ligne lors de votre départ

Il arrive qu’on en puisse prendre des repères de ligne, il y a des cotes où il est très difficile de trouver des repère fiables (ex maubuissony’a que des pins). On s’est intéresser à ce problème lors de divers stages-interpoles, dans quasiment tout les départs on observe un phénomène de ventre en milieu de ligne (la fameuse banane) et que suivant les repères et le niveau de la flotte, ce ventre se fait de moins en moins visible.

470-homme_departs_470class32_470class32

L’un des exercices qui est le plus représentatif de ce phénomène consiste a établir une grande ligne (100-200m) et de placé son bateau en milieu de ligne et sur la ligne. au moment où l’équipage pense être sur la ligne ils lèvent la main. La résultante de cet exercice est que dans les premiers essais la majorité des équipages se situe entre 3 et 5 longueurs de la ligne et plus ils font l’exercice plus ils s’en rapprochent. On en conclu de cette exercice qu’on a ,d’une manière générale, une mauvaise perception de ligne si l’on a pas de repère et que si on  ajoute à ça le facteur stress (ex quand on est sous règle noir) les équipage ne vont pas aller au « charbon » et vont être encore plus prudent.

On en a déduit qu’il est primordial de lancer avant ses adversaires (1à5sec) quand on est en milieu de ligne afin de contrer cette effet banane, en règle générale les chances d’être OCS ou BFD sont relativement faibles.

Les conseils pour aborder cette thématique :

Les conseils pour aborder cette thématique :

  • Avoir une bonne coordination barreur équipier : sur la gestion de l’assiette du bateau (longitudinal et latéral).
  • Un bonne réparation des rôles a bord : savoir qui fait quoi ou regarde-t- il ?
  • Répéter cette situation à l’entrainement afin de trouver les automatismes.
  • Faire le bon choix des adversaires que l’on va mettre au vent et sous le vent : si on met le plus rapide de la flotte sous son vent même si on a de l’espace on va être automatiquement gêné.
  • Évaluer son niveau : Cela va influencer sur le choix de votre positionnement sur la ligne.
  • jouer l’intox au moment opportun : Gueuler « y’a pas de place », avoir des trajectoires qui vont gêner l’adversaire.
En Procédure

En Procédure

Les éléments clés

Les éléments clés à prendre en compte pour développer cette technique :

  • Les conditions météorologiques : suivant les conditions la technique sera différente
  • Les facteurs propres au plan d’eau : courant, effets de sites…
  • Votre niveau de pratique : Savoir si vous êtes un « top-gun » ou si vous êtes sujet à attirer les leaders.
  • Votre entrainement : si vous avez déjà travaillé cette technique à l’entrainement ou si pour vous cette technique vous est complètement inconnue.
  • Votre positionnement sur la ligne : suivant le coté favorable il sera bien sûr plus difficile de maintenir son espace sous le vent si vous êtes du bon coté de la ligne.

OLY-2008-SAILING

Les principales difficultés

Les principales difficultés associées à la technique du maintient de l’espace sous le vent lors d’une phase de départ :

  • Maintenir son bateau arrêté : comment s’arrête-t-on de manière significative, les techniques et les astuces pour garder son bateau arrêté
  • Observation des adversaires au vent/sous le vent : Qui regarde où, A partir de quand l’observation devient primordial, les priorités d’observation.
  • Gestion de la distance par rapport à la ligne : Savoir où l’on se situe, quel est notre marge de manœuvre.
  • Gestion du temps : Savoir à quel moment il faut se positionner, à partir de quand l’espace sous le vent devient vital, quand faut il lancer son bateau.
  • Gestion de l’espace sous le vent : Apprécier la bonne distance pour que vous puissiez lancer votre bateau mais sans laisser trop de place pour qu’un bateau vienne taper l’incruste.

europeanch470_0821